Rénovation complète maison

Rénovation complète maison

Engager la rénovation complète d’une maison est, pour les propriétaires comme pour les entreprises intervenantes une tache souvent ardue qui demande rigueur, professionnalisme et un bon niveau de savoir faire.

Un bien immobilier qui n’a pas été entretenu durant des décennies se dégrade assez rapidement, de la couverture aux fondations, mais ça ce n’est un secret pour personne ! 

Lors d’une rénovation importante pratiquement tous les corps d’état du bâtiment interviennent chacun dans leur spécialité :

  • Maçon pour la démolition, consolidation de certains éléments
  • Terrassier pour décaper le devant de la maison et réaliser une place de parking
  • Couvreur , afin de remettre un toit neuf, de poser un conduit de cheminée aux normes
  • Charpentier pour la consolidation d’éléments de plancher, et les modifications de charpente
  • Plombier pour l’adduction et l’évacuation des fluides
  • Électricien pour amener la lumière partout
  • Carreleur dans les salles de bain, certains sol intérieurs et extérieurs
  • Menuisier pour les cloisons, l’isolation des murs et plafonds, les fenêtres en PVC, les escaliers, les parquets massifs pose clouée, les portes, l’aménagement des combles … et quelques autres travaux. C’est le métier le plus sollicité dans ce type de remise en état.

Plus il y a d’entreprises intervenantes, plus la coordination et la communication entre les corps d’état et le client sont des éléments importants, mais ce n’est pas le sujet de cet article. 

Au regard du savoir faire détenu par l’entreprise LC rénover, les travaux qui vous sont décrits tout au long de cet article se concentrent essentiellement sur la menuiserie d’intérieur, l’isolation, les plaques de plâtre / Fermacell, les cloisons, les fenêtres PVC, les fenêtres de toit, les escaliers et un peu d’agencement intérieur.  

Etat des lieux de cette petite maison

Il est vite fait, puisque cette construction n’a vu ni un bricoleur averti, ni un professionnel du bâtiment depuis … bien plus de 30 ans voir beaucoup plus.

L’installation de chauffage est inexistante ou il y a quelqu’un qui est parti avec, ( de toute façon il fait bon en Normandie pas besoin de chauffage), la VMC (la quoi ?), l’électricité … il y a bien des fils ça et là et un compteur…

Tout n’était pas complètement HS puisque l’eau (chaude ?) et les commodités fonctionnaient à peu près … Encore fallait il avoir envie de s’en servir !

La seule isolation thermique que nous ayons trouvée était présente sous la forme de quelques panneaux de laine de verre.

L’isolation acoustique … il y avait encore des carreaux aux fenêtres ! 

Pour la couverture en ardoises et Zinc , elle ne fuyait que par endroits et uniquement en cas de pluies importantes 🙂 , ce qui il faut bien le dire arrive rarement en Basse Normandie.

Les escaliers ...

2 escaliers que vrillettes et autres insectes xylophages avaient bien entamés, autorisaient péniblement un accès aux 2 niveaux supérieurs … et encore pas aisé ! 

Pour l’un d’eux, le sort en a été jeté rapidement puisqu’il a fini par céder sous le poids d’un tiers le gravissant … certes pas léger mais d’un poids normal compte tenu de son gabarit … sans gravité heureusement 🙂

Ce premier escalier avait aussi cette autre particularité de permettre un accès direct sur l’extérieur ainsi que les courants d’air qui allaient avec. 

Cette ouverture a été avantageusement remplacée par une fenêtre munie d’un volet roulant à commande électrique et l’emplacement de l’escalier déplacé plus vers l’avant de la maison.

Tout est bon à remettre en état quand c’est possible ou à démonter et mettre en décharge.

Seuls certains murs et encore tous, certains éléments de charpente, quelques portes anciennes et une façade de placard initialement implantée dans un mur, ont été préservés

La surface plancher approximative de cette maison est d’environ 140/150 m²

Difficile, lorsque l’on n’est pas un photographe averti de faire apparaître sur des clichés ce manque d’entretien, quoi que …

La démolition, le démontage

La toute première étape consiste à déposer proprement les éléments qui pourront être remontés afin de conserver un peu l’âme de cette maison et préserver les matériaux laissés en place :

  • Les portes en bois anciennes qui serviront à séparer quelques pièces
  • La façade d’une armoire implantée dans un mur et qui reprendra sa place après doublage
  • Quelques poutres, qui seront consolidées par l’entreprise de charpente et recevront un parquet massif cloué sur lambourdes et plaques de plâtre/isolation en sous face.

Pour le reste, c’est l’entreprise de maçonnerie chargée de la démolition qui a démonté et consolidé par endroits.

Ce chantier a généré plus de 10 m3 de gravats divers et variés (hors terre déplacée devant la maison) : maçonnerie, couverture, boiseries, éléments de plomberie, électricité, conduit de cheminée démonté …

A l’intérieur, au niveau du rez de jardin, l’espace initialement séparé par un mur porteur plutôt imposant a été ouvert afin de gagner de la surface habitable et de la lumière. 

Dans le même temps une trémie a été créée dans le plancher béton pour accéder au niveau supérieur.

Début de la rénovation

Les sols, le parquet massif pose clouée

Avant de poser la moindre lame de parquet, tous les planchers bois en place et encore utilisables ont été consolidés par l’entreprise de charpente, ceux qui n’étaient pas en état ont été refaits à neuf. 

Le parquet qui a été mis en oeuvre est un pin maritime brut massif (classe noueux), pose clouée sur lambourdes, c’est une pose traditionnelle qui a l’avantage d’être assez rapidement réalisée. 

Au sujet du parquet : Avant la mise en oeuvre du du parquet, nous avons disposé sur chaque chevron une bande résiliente type « phaltex » dont la vocation est de diminuer considérablement les bruits d’impacts et les vibrations transmises par le sol.

De plus, en sous face avant le placo, a pris place un isolant type laine de roche ou laine minérale (selon la destination de l’ouvrage) pour parfaire l’isolation phonique et thermique.

En dehors du rez de jardin qui a reçu un carrelage, tous les autres niveaux ont été réalisés en parquet massif.

Les menuiseries extérieures : fenêtres et portes d'entrées

Compte tenu de leur état de délabrement avancé, elles ont toutes été remplacées par des fenêtres en PVC blanc sauf la porte d’entrée coté rue qui elle, est en PVC de couleur gris anthracite (7016).

Dans la majorité des pièces (sauf dans les combles pose en applique) les fenêtres ont été posées en ébrasement.

Tous les tableaux ont été ensuite habillés en plaque de plâtre ou fibre gypse (Fermacell) selon leur exposition aux intempéries ou la destination des pièces : humides ou non. 

Un détail sur les fenêtres et leur pose : dans ces maisons un peu anciennes, les appuis sont fréquemment en pierre de taille, du granit pour la circonstance, et ne possèdent pas de pièce d’appui ou rejingot, il faut régulièrement les fabriquer directement sur le chantier.

Parmi les solutions simples et rapides pour fabriquer cette pièce d’appui obligatoire de nos jours et indispensable à l’étanchéité est l’utilisation du ciment fondu.

En effet notre rejingot doit avoir (on n’est pas au mm) une largeur de 30 à 40 mm, faire env 25 mm de hauteur et posséder un angle de pente de 8 à 10% (vers l’extérieur c’est mieux !) et couvrir la totalité de la largeur de la menuiserie.

Le petit truc consiste à positionner 2 pièces de bois (rectangulaires) de la hauteur voulue (env 25 mm) et de la largeur exacte de l’appui puis à couler le ciment fondu dans cet espace.

En moins d’une heure, vous disposerez d’un beau rejingot tout neuf prêt à recevoir une fenêtre toute neuve. 

Un mortier chrono fait aussi très bien l’affaire.

La pose et l’habillage placo sur rails terminés, le résultat c’est l’une des photos (mal cadrée) ci-dessus, celle où il y a des rails devant.

Le placo, l'isolation

Il s’agit de la partie la plus longue de ce chantier, qui a consisté à isoler, calfeutrer et habiller l’intégralité des parois de cette maison, sans omettre les cloisons de distribution qui viennent après : 

  • Éveils de fenêtres, Vélux en nombre … 
  • L’emplacement du poêle à bois en lieu et place de l’ancienne cheminée (en Fermacell, qui possède des caractéristiques de résistance au feu au moins équivalentes voire supérieure au placo « Rose » plus communément employé)
  • Les pièces d’eau ont été plaquées soit en placo hydrofuge (couleur verte) ou comme l’emplacement du poêle à bois en Fermacell
  • Devant les Parois verticales mitoyennes ou pas (quasiment toutes les parois) des contre cloisons (en parement) sur ossature métallique ont été réalisées
  • Habillages de trémies d’escaliers 
  • Tous les plafonds ont été doublés et isolés à l’aide d’isolants acoustiques et thermiques
  • Isolation des combles et création planchers intermédiaires

Tous ces habillages et parements réalisés vont rendre cette maison moderne, confortable, simple à chauffer et surtout économe en énergie

A la demande du client, qui ne bénéficiait d’aucune aide financière,  les épaisseurs d’isolants, notamment sur les parois verticales ont été diminués car si nous avions du respecter à la lettre ce sont de précieux mètres carrés de surface habitable qui disparaissaient … et … c’est une maison de vacances ! 

Les isolants posés sont de bonne qualité et confère à cette maison une bonne isolation.

Les photos ne sont pas forcément représentatives de l’ampleur de la tache … mais la photographie est un métier comme l’isolation et la menuiserie intérieure et fort heureusement nous maîtrisons mieux le second métier… 

Les portes anciennes posées dans les cloisons ...

Comme je l’ai décrit plus haut, tout ce qui était récupérable l’a été … à commencer par les portes anciennes, qui ont « presque » toutes été remontées ainsi que leurs bâtis respectifs quand c’était possible, dans des cloisons de distribution. 

Pour d’autres portes, dont les caractéristiques étaient plus appropriées (peu voilées, épaisseur suffisante, boiserie en bon état, …) elles ont été directement installées dans des caissons pour portes à galandage, permettant de combiner modernisme, esthétisme et gain de place (une porte à galandage permet un gain d’ environ 1,5 m² au sol).

Pour les galandages en simple peau (1 plaque de BA 13 par face), les rails utilisés ont des dimensions différentes : 70 mm de large permettant d’accueillir le caisson et de le faire disparaître à l’aide de l’habillage.

Les cloisons classiques sont montées avec du rail type M48.

Toutes les cloisons, qu’elles soient en placo ou en Fermacell (fibres gypse) ont été isolées à l’aide de laine minérale permettant de combiner efficacement isolation phonique et thermique.

  • Pour info :  Le taux d’affaiblissement acoustique pour une cloison assemblée avec des rails type M48 et une laine type Par 45 entre les deux parements est d’environ 40 dB … et n’oubliez pas que le décibel se calcule sur une échelle logarithmique …  C’est particulièrement notable sur des valeurs hautes.

Mettre en place et distribuer des cloisons séparatives dans une maison, n’est pas une étape à négliger, car il s’agit des sens de circulation du lieu où vous allez vivre … 

Une porte dont le sens n’est pas bon et c’est au quotidien que ce sera ennuyeux. 

La question du sens d’ouverture se pose moins pour les portes coulissantes à galandage … et une fois ouverte, elle disparaît dans la cloison.

Les cloisons de distribution

Un plan de distribution précis et détaillé est indispensable à la réussite de ce type d’implantation tant les méandres sont nombreux. Ce type d’implantation est difficile à mettre en place avec un simple traçage au sol …  

Afin d’obtenir une bonne rigidité de ces cloisons de distribution, la totalité des montants (M48) mis en oeuvre ont été doublés et solidarisés entre eux. 

Entre chaque montant une laine minérale ou de roche a pris place afin de leur conférer un niveau d’affaiblissement acoustique acceptable : près de 40 dB d’affaiblissement pour une cloison correctement montée.

La totalité des cloisons installées ont été enduites (enduit et bandes en 2 passes) par l’entreprise de peinture intervenante.

La façade de la vieille armoire

Ce type d’aménagement était fréquent dans les maisons anciennes en Normandie et dans bien d’autres départements. 

Cette façade de vieille armoire a donc été proprement désolidarisée du mur dans lequel elle était « encastrée » pour être refixée correctement, puis l’entourage et l’intérieur ont été totalement habillé de plaques de plâtre, quelques étagères et le tour est joué ! 

Il n’y a aucune difficulté technique à réaliser ce type d’ouvrage mais c’est joli ! 

La rénovation complète d'une maison ... fin

Rénover une maison c’est une succession d’étapes plus ou moins longues et compliquées qui, lorsqu’elles sont réalisées dans les règles de l’art se terminent par la satisfaction du client, c’est le minimum mais aussi des différents professionnels qui sont intervenus … 

Un beau chantier est très souvent plaisant au moins par les défis qu’il faut relever.

Le prochain pour moi est d’apprendre à faire des photos … 🙂