Bois, composite ou métallique, le bardage extérieur est un moyen efficace de changer l’aspect d’une maison, d’une façade ou d’une extension vieillissante et si nécessaire d’améliorer notablement l’isolation.

L’application d’un complexe extérieur d’isolation est volontairement passé sous silence et fera l’objet d’un article dédié.

Préalable à la pose du bardage extérieur

Hors isolation extérieure, la pose d’un bardage bois ou composite simple sans isolant se déroule fréquemment en 3 ou 4 étapes :

  • L’application et la fixation soignées du pare pluie (sous les tasseaux) si votre façade est « poreuse » cas de certaines maisons à ossature bois ou de maisons anciennes dont le crépis est vieillissant ou dégradé.
  • Le traçage des repères, la pose et la fixation des tasseaux ou liteaux
  • La mise en place et fixation des grilles anti rongeurs posées généralement en partie basse qui servent surtout la circulation d’air.
  • La pose et fixations des lames de bardage .
  • Les éléments de finition tels que les pliages ( en métal brut ou peint) sur les appuis de fenêtre, les cornières bois ou métalliques

Notre spécialité est la menuiserie donc les quelques explications vont porter sur le bois.

Les tasseaux, sens de pose et fixations

Le litonnage doit toujours être réalisé perpendiculairement au sens de pose du bardage bois et ce à intervalles très réguliers.

Le bardage quelle que soit sa nature peut être posé :

  • A l’horizontale : Pose dite à l’Américaine.
  • A la verticale : Pose Scandinave.
  • En diagonale / Oblique : plus moderne mais nécessite un soin particulier pour l’écoulement de l’eau et le calepinage de l’ossature.

Des tasseaux posés verticalement nécessitent la pose d’un bardage horizontal 🙂

Dans tous les cas l’épaisseur minimale du tasseau doit être au moins égale à la longueur d’ancrage minimale requise pour la fixation des lames.

Extrait DTU 41.2

L’épaisseur et la fixation des Tasseaux

Selon l’épaisseur de vos tasseaux l’espacement à l’entraxe admis (DTU 41.2) doit se situer :

  • Tasseau d’épaisseur minimale 27×40 mm l’entraxe et les fixations doivent se trouver au maximum à 650 mm
  • Tasseau d’épaisseur minimale 22×40 mm l’entraxe et les fixations doivent se trouver au maximum à 400 mm

L’ancrage des tasseaux sur la façade doit être réalisé à l’aide de quincaillerie inox ou en acier galvanisé à chaud de classe B (équerres, tirefonds, vis).

tasseaux fixés façade petite extension

Qui plus est, cette fixation doit se faire à l’aide de chevilles ou pattes équerres dont les caractéristiques diffèrent selon le type de parement final ( poids, dimensionnement, contraintes, …).

Pour faire simple : Afin d’assurer un ancrage suffisamment résistant, un minimum de 3 fixations est nécessaire y compris en allège et ce quelle que soit la longueur du chevron/tasseau.

La régularité de la pose des tasseaux et leur planéité conditionnent directement l’esthétique de votre futur bardage donc le rendu sur votre façade une fois habillée.

De plus, la lame d’air (haute et basse) indispensable à la bonne durée de vie de l’ouvrage doit faire au minimum 20 mm.

Le traçage des entraxes

Le préalable avant la fixation de tout morceau de bois …

La menuiserie, qu’elle soit intérieure ou extérieure est un métier dans lequel on ne fait rien sans mètre ni crayon.

Comme je l’ai indiqué ci-dessus, si mon tasseau fait par exemple 40 mm de large, mon axe est à 20 mm sur chaque tasseau 😉

En conséquence, je dois avoir 650 mm – 40 mm soit 610 mm entre chaque liteau mais en flattant la bulle du niveau.

Si la façade à habiller ne comporte pas de fenêtres ou portes, cette façon de faire est valable.

En présence de menuiseries extérieures, les tasseaux seront fixés à proximité immédiate des tableaux et les entraxes recalculés en conséquence.

Les classes d’emploi : clin, bardage bois

Difficile de parler de bardage bois et de tasseaux (classe 2 minimum) sans faire un détour vers les classes d’emploi des bois utilisés en extérieur (les classes 3 et 4).

Comme toujours, celles-ci varient, selon que l’ouvrage est constitué de lames ou bardeaux dont les principaux critères sont :

  • La densité et/ou massivité du bois : certains bois (châtaignier, douglas, robinier, …) sont durables et résistent bien à l’humidité sans traitement préalable.
  • La durabilité naturelle ou par traitement associée au dimensionnement des lames (largeur, épaisseur)
  • La composition de l’ouvrage : Drainante, moyenne ou piégeante. Cette dernière nécessite un soin tout particulier afin de limiter au mieux l’humidité résiduelle.
  • Les conditions climatiques de la région de pose. En Normandie et dans le Calvados en particulier, nous ne manquons pas trop d’eau …
clin bardage pose petite extension

Qu’il s’agisse de la partie la plus exposée aux intempéries, le clin/bardeau ou des tasseaux, fixés directement sur la façade, les classes d’emploi des bois sont définies par la « norme FD P 20-651 » ou Durabilité des éléments et ouvrages en bois.

A retenir pour les parements bois extérieurs:

Les bois de classe 3 supportent une humidité moyenne supérieure à 20%

La classe 3a convient pour des bois exposés directement au mauvais temps sur un ouvrage évacuant rapidement l’eau.

La classe 3 b s’apparente à des bois exposés directement aux intempéries sans évacuation rapide de l’eau.

Pour la classe 4, ce sont les bois couramment employés pour les terrasses donc en contact avec le sol et l’eau douce.

Les grilles anti-rongeurs

grille anti rongeur

Cet élément, simple, facile et rapide à poser à un impact direct sur la durée de vie de de votre futur habillage de façade.

La grille anti-rongeurs dont la présence (obligatoire) empêche les souris et autres de se promener derrière l’ouvrage et permet aussi une circulation saine de l’air.

La forme des lames

Comme je l’ai signifié plus haut, l’ennemi principal des habillages bois c’est l’humidité résiduelle.

Les amis la circulation d’air derrière l’ouvrage (favorisée par le litonnage) qui sèche et assainit et surtout la prise en considération du sens de l’eau dans le choix du profil de lames et la pose.

Il est tout à fait possible, comme cela se pratique dans certaines régions (assez peu en Normandie), de poser directement des « planches » dont le profil est brut de sciage tout en ayant un ouvrage vraiment pérenne .

Il suffit de respecter quelques prescriptions, souvent liées au bon sens et à l’expérience.

Les lames employées et posées en façades extérieures ont quelques analogies avec les lames de parquets : un profil type rainures/languettes/Chanfreins.

Toutefois, les similarités esthétiques s’arrêtent là.

Les lames de bois posés en extérieur sont conçues pour évacuer l’eau, ce qui n’est pas le cas des planchers bois.

Quelques profils de lames

profils-bois-bardage

L’offre proposée dans les différents réseaux de distribution est juste Pantagruélique pour un même produit, certes dans la tendance actuelle.

Selon le rendu final que vous souhaitez pour votre façade de maison, il y a un profil de lames qui correspond.

Image 1 source

bardages_solutions_de_pose

Pour chaque profil de lame, il est probable qu’il y ait des spécificités de pose : Espace de chevauchement, entraxe plus ou moins serré des tasseaux, etc.

Image 2 source

Le bardage et sa fixation

Il existe une très grande quantité de types de bardages bois (voir quelques exemples ci-après).

En clair, il y en a pour tous les gouts et toutes les façades de maisons, y compris en environnement bâtiment de France avec toutefois des contraintes de poses différentes …

Le plus simple et répandu : un clin à bardage de type épicéa, classe 3 préservé raboté d’une épaisseur de 21 mm pour une largeur de lame de 132 mm, longueur des lames jusqu’à 5,4 m

clous-annelés-bardage

Le clou annelé à tète réduite ou apparente est le maitre de la fixation du bardage, que ce soit pour sa facilité de mise en œuvre comme son efficacité :

Il peut être posé selon 2 méthodes :

  • A l’ancienne : conditionnement en boite et enfoncement au marteau, c’est drôle sur les petites surfaces et pour apprendre aux apprentis à planter droit … en revanche pour l’efficacité ??
  • Plus moderne : au cloueur à gaz, pneumatique, électrique, efficace et rapide

Poser les lames

la_pose_des_lames-bardage

A l’exception de quelques coupes parfois ardues, poser les lames à l’Américaine pour habiller une façade de maison est une technique simple.

La première lame doit être fixée avec le plus grand soin et bien de niveau, les lames suivantes venant s’emboiter, il ne reste qu’à soigner les coupes.

Les bois employés pour barder

Certains sont préservés par traitement autoclave (classe 3), d’autres possèdent cette qualité naturellement.

La durée de vie moyenne d’un bois posé en extérieur est bien supérieure à 20 ans.

Quelques essences :

  • Le Red Cedar / Cèdre rouge
  • Le châtaignier
  • Le douglas
  • Le faux acacia ou robinier
  • Le mélèze
  • Le Pin sylvestre

L’entretien du bardage bois

Un bois posé en extérieur deviendra plus ou moins rapidement gris, ce qui lui confère un certain charme.

Pour les bois laissés bruts, il y a 2 solutions :

  • Le laisser tel quel avec un effet grisé qui se prononcera avec le temps.
  • Comme pour les terrasses en bois le saturer à l’aide d’un produit spécifique (le saturateur) très rapidement après la pose. Cette action a pour conséquence directe de maintenir la couleur naturelle du bois. De plus, les saturateurs sont généralement non filmogènes, ils pénètrent les fibres du bois sans laisser de pellicule en surface. Avec le temps, il suffit juste de renouveler l’application. Cette méthode est similaire à l’entretien et au nettoyage d’une terrasse en bois.

Il existe aussi des lames de bois pré-peintes en usine dont la durée de garantie est au minimum de 10 ans et qui ne nécessite aucun entretien.